Rencontre Aimargues

rencontre aimargues La semaine dernière, j’ai lu un article intéressant de Guy McPherson intitulé “Meetings in Find Pro prostitute Aix Rt”. Dans cette pièce, il se réfère à la rencontre aimargues comme “le dernier effort” et dit qu’il ne sert à rien d’y aller. Il poursuit en disant qu’il y a une réunion dont l’objectif est de produire un document qui aidera les dirigeants à prendre une décision, et il dit que c’est une perte de temps totale, et de plus que les autres membres du comité sont mieux lotis non assister à ces réunions.

S’il est vrai que de nombreux membres du CQC ne se présentent pas à leurs réunions, il y a aussi des personnalités très importantes qui assistent à ces réunions. En effet, M. McPherson a qualifié les réunions d ‘”exercice de futilité”. Il a affirmé que les cadres avaient pris des décisions sur place, sans impliquer les autres membres du comité. Il a poursuivi en disant qu’il s’agissait d’un “objectif de rencontre classique”, et que nous devrions être prudents car “il n’y a pas de freins et contrepoids, pas de mécanismes pour garantir qu’un exécutif a pris la bonne décision”.

L’autre membre du Comité exécutif, qui n’a pas été mentionné par Guy McPherson, a déclaré que les objectifs de la réunion étaient une perte de temps totale, et qu’il y avait des questions plus importantes à traiter que ce qui était actuellement sur la table. Cependant, après réflexion, je pense que cette critique est quelque peu injuste. Premièrement, il ne fait aucun doute que les dirigeants ont pris une décision lors d’une réunion, et que cela répondait effectivement à des objectifs. Cependant, M. McPherson a également fait valoir un point très valable lorsqu’il a déclaré que nous ne devons jamais oublier qu’il n’y a aucune garantie dans la vie. Par conséquent, il est important que nous ayons et que nous comptions sur des mécanismes et des freins et contrepoids dans notre société, afin que les gens puissent vérifier et équilibrer efficacement les décisions qui sont prises. Cela inclut la manière dont le public et la presse sont introduits dans la prise de décision, car ils doivent disposer d’informations suffisantes pour évaluer la décision prise.